« Fear To Love » de Françoise Gosselin

 

fear-to-love-de-francoise-gosselin.jpg.png

Titre : Fear to Love

Auteur : Françoise Gosselin

Maison d’Édition : Sharon Kena

Année de parution : 2018

Synopsis :

Brisée par son passé, Margot Simmons tente de se reconstruire. Nouveau départ, nouvelle vie, la revoici sur les bancs de l’université pour reprendre en main son avenir. En chemin, elle rencontre Kyle Stewart, qui ne cesse de vouloir l’aider à sortir de l’ombre dans laquelle elle s’est engouffrée pour se sentir en sécurité. Seulement, le passé resurgit, et avec, son lot de problèmes et de souvenirs qu’il aurait mieux fallu oublier. Laissera-t-elle Kyle approcher suffisamment près pour bâtir un avenir nouveau ? Doit-elle garder espoir quant à une fin heureuse ? Désespoir, trahison, amour. Margot est prête à tout pour demeurer libre.

 

Mon Avi :

Je vais commencer ici par remercier l’auteur ainsi que la maison d’édition bien sûr de m’avoir permis de lire ce roman en avant-première. En effet, Françoise Gosselin avait lancé un petit concours afin de permettre à une personne de le découvrir. Quels furent ma surprise et mon étonnement d’avoir été choisi !

Ce roman est une nouvelle forme d’écriture de l’auteur plus habitué à un univers « bit-lit » avec Raven Hale ou encore Alpha. Je n’ai lu que ce dernier et je l’avais bien apprécié, cela me fait penser qu’il me faudra me plonger dès cet été dans le tome 2.

Françoise le dit elle-même, elle sort de sa « zone de confort » avec ce roman. Et je trouve personnellement que ce style lui va bien. Les sentiments les émotions des personnages sont pour moi plus vivant plus réel et j’ai eu plus d’empathie pour Margot ici que pour Cara dans Alphas.

J’ai commencé ce roman avec une grande, mais alors méga grande tasse de chocolat chaud dans un « café », le soleil était au beau fixe, et je me suis pelotonné au fin fond de celui-ci dans un fauteuil club, et j’ai bien fait ; l’orage s’est lancé, je fus coincé par la pluie, j’avais un bon moment pour lire. C’est alors que j’ai sortie Fear to love.

Avant de vous parler de ce livre, de l’histoire en elle-même, il y a une chose que j’ai beaucoup aimée dans cet écrit : c’est sa « découpe ». Je m’explique. Au début de chaque chapitre, il y a une citation, puis le récit en lui-même et pour finir, un extrait du journal intime de Margot. Et ce à chaque chapitre du roman. C’est une découpe que j’ai trouvé très plaisante. La partie « journal » intime est plus dans la réflexion et le questionnement de Margot sur les événements qui se sont déroulés. Ce n’est pas un journal intime qui déballe tout de but en blanc, pour cela nous avons le récit de « l’héroïne » même si de temps en temps nous avons le point de vue de Kyle.

– « Le temps ne guérit pas toujours la douleur, mais il t’apprend seulement à vivre avec. » Anonyme

– « Au pied de la falaise, n’abandonnez jamais. La vie est un combat que chacun d’entre nous doit gagner. » Laurent Denancy

Choses extrêmement rare lorsque je lis, arrivée au troisième chapitre, j’avais les larmes aux yeux. Heureusement il n’y avait pas grand monde autour de moi et je tournais le dos à l’entrée. Je ne pouvais plus lâcher ce livre. Dès le lendemain, il était fini.

Ah, c’est bien, je vous parle de tout cela, mais je ne vous ai pas encore dit de quoi il s’agit !

Fear to Love est poignant, vous découvrirez ici une histoire de vie pas comme les autres, une force de la nature, un combat pour ne pas sombrer dans les abîmes et s’abandonner à la « non-vie ».

Nous faisons connaissance de Margot, qui reprend après quelque temps ces études dans une université loin de chez elle où elle ne connaît personne, ce qui lui va très bien. Margot cherche à passer inaperçue de par son look pantalon et sweat à capuche trop large, et son caractère. Oui, on pourrait dire que Margot a un sale caractère elle repousse tout le monde. La pauvre Gwen qui tente une approche amicale se fait vite rembarrer ! Heureusement, cette dernière est tenace et Margot commence à apprécier cette complicité nouvelle. Les deux amies vont vite devenir inséparables.

Dès le début, je sens bien que Margot nous cache de lourds secrets, un lourd passé. J’en devine certaines brides, mais je ne les dévoilerais pas ici, quel serait votre intérêt à le connaître ?

Le quotidien de Margot à l’université commence à se faire routinier, les cours, les sorties avec Gwen, tout semble se passer pour le mieux, son passé la tracasse, elle n’en parle pas, elle cache même tout ceci à celle qui pourrait devenir sa meilleure amie, sa seule amie ici. Mais un jour tout bascule : son pire cauchemar se trouve devant elle, cet homme qu’elle cherche en vain à fuir et à oublier est là. Il est prêt à tout pour la récupérer. À TOUT.

Magot n’est plus seule, elle a son coach Andrew (Ah oui ! je ne vous ai pas parlé de lui, c’est un des personnages de l’histoire que j’aime beaucoup. À vous de découvrir pourquoi !), Gwen son amie et Kyle qui fait tout pour le devenir. Mais quand un homme est prêt à tout et qu’il a de l’influence, les ami(e)s peuvent vite devenir vos ennemies et votre faiblesse. Le pire danger pour Margot et ces proches, c’est elle. Hélas Margot ne voit pas tout, le non-contrôle de soi, le fait de devoir toujours être sur ces gardes, la peur au ventre.

Cette tension, cette peur, cette souffrance, l’auteur arriva à nous la transmettre d’une façon que je ne saurais vous expliquer. Comme je l’ai dit plus tôt, je ne pouvais lâcher ce livre ; les émotions étaient tellement puissantes. Des émotions de haine, de souffrances, mais aussi de tendresse. Car non seulement Margot se débat avec ces cauchemars, mais il lui faut aussi à nouveau apprendre à faire confiance, faire confiance aux autres, et notamment aux hommes. Cette confiance, elle la retrouve, la sérénité, la paix, tout cela arrive et nous apaise aussi nous lecteurs. Enfin, ce n’est que mon ressenti pour ce roman que j’ai beaucoup apprécié.

Pour finir, je ne saurais mettre ce livre dans une « catégorie », un petit côté poignant d’une histoire de vie, mais aussi un côté thriller psychologique. Une combinaison explosive en émotion, n’oubliez pas vos mouchoirs.

Livresquement votre, votre petite lanterne.

 

Pour ceux et celle qui souhaiterais voir mon avis en vidéo, c’est part ici.

 

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s